Pages

vendredi 18 octobre 2013

Arrondir ses fins de mois




Arrondir ses fins de mois, mettre du beurre dans les épinards, joindre les deux bouts, il y a surement autant d'expressions que de manières de se faire un petit pécule supplémentaire.
Le baby-sitting, le dog-sitting, les réunions de consommateurs, revendre de vieux objets, des vieilles fringues, jusque là ça va on connait!



Mais il y a quelque mois j'ai découvert un truc que je trouve complètement dingue.
Une autre façon d'arrondir ces fameuses fins de mois difficiles et sans efforts contrairement aux autres méthodes citées avant.

J'avais entendu parler de ça il y a longtemps, une "activité" très lucrative qui se pratique beaucoup loin de nos contrées, mais merci la mondialisation qui est maintenant arrivée en France.
Cette contrée lointaine d'où nous vient ce "commerce" c'est le Japon. Ah le Japon, pays qui en fait rêver plus d'un, moi la première, et pourtant si étrange et déroutant par certains aspects.
Du peu que j'en connais, la culture japonaise impose une certaine pudeur sexuelle, pour ne pas dire que c'est un sujet tabou, ceci entraînant cela, à force de cacher le sexe (au propre comme au figuré, par exemple, on ne montre pas les parties génitales dans les mangas, quand un organe doit apparaître sur un dessin on met autre chose à la place) on va dire qu'ils ont des pratiques "spéciales".

J'avais donc entendu qu'au Japon on pouvait trouver des distributeurs de petites culottes, que cela se faisait beaucoup là bas, les garçons les achètent pour assouvir leurs besoins.
Et bien, ici aussi on peut vendre ses petites culottes, il y a au moins un site qui fait ça.

Pour vous dire la vérité, si je me suis renseignée à ce sujet, c'est parce que je voulais le faire, je ne porte donc aucun jugement sur la pratique.
Je m'étais dit que c'était super comme concept, car vous voyez je suis fainéante, et là je n'avais rien à faire, juste mettre en vente en ligne des culottes dont je ne voulais plus. Je m'étais même dit que je m’achèterais un lot de culottes pas chères au supermarché exprès pour les revendre derrière, car ça peut rapporter gros.

Allez faire un tour sur le site pour vous rendre compte. Bien sur, il faut être majeur, si vous avez moins de 18 ans, je vous interdis formellement d'y aller!

Même ce qu'on appelle la "vieille culotte de grand mère" peut vous rapporter. Bien sur plus la culotte est jolie ou dans des matières précieuses plus vous pouvez en espérer. Mais ce n'est pas ça qui détermine le prix réellement. Ce qui compte surtout c'est l'état de la culotte.

N'espérez même pas vendre une culotte qui sent bon la Soupline, il faut que votre culotte ait été utilisée et non lavée. Le must c'est la culotte portée plusieurs jours de suite, bien imprégnée d'odeur corporelle, encore mieux si elle a des traces. En gros plus votre culotte est dégueu mieux c'est!

La culotte tachée des règles, la trace de pneu, la trace de sperme après relation sexuelle vous rendra riche! Je caricature mais c'est l'esprit.

J'ai pu également voir sur le site des nanas qui vendent des flacons d'urine, des poils, des collants (les collants le mieux c'est qu'il fouettent au niveau des pieds et au niveau de la culotte bien sur), des photos... Toutes sortes de choses...

Finalement je n'ai jamais sauté le pas, je n'ai jamais vendu ma culotte. Moi je suis une grande barj' et je voyais déjà le scénario de fou, genre le mec qui reçoit ma culotte, arrive à trouver mon ADN ou quelque chose comme ça. Je sais je suis zinzin!!^^ Et puis, j'ai aussi assimilé ça à de la prostitution, du coup ce n'est pas pour moi (toujours sans jugements!).


Suis-je allée trop loin dans ma réflexion?
Et vous, vous vous laisseriez tenter?


P.S.: Les hommes peuvent aussi vendre leurs sous-vêtements


     

2 commentaires:

Yeah! Un ptit message <3